La mort par le Judaïsme

Publié le par Le monde paranormal

http://www.natureculture.org/wiki/images/9/90/440px-K%C3%B6ln-Tora-und-Innenansicht-Synagoge-Glockengasse-040.JPG

D'ores et déjà, nous pouvons nous poser la question suivantes :
A quoi sert la vie puisque nous finirons par mourir ?
Pour certains se seras avoir tout au long de sa vie, de l'argent, une belle maison, une bellePorsche, une réussite professionnelle, une reconnaissance.
 
Je ne dis pas qu'il ne faut rien posséder, à vrai dire, je n'ai jamais encore vue lors d'un enterrement un cercueil suivie par la maison, la voiture etc, la vie sert à s'attacher à l'Eternel, de se préparer aux mieux par le biais de sescommandements à entrer véritablement à la maison, car la véritable récompense nous seras donné dans le monde futur.
 
Pour le moment, la mort est là, quoi que l'homme puisse faire, entreprendre, elle triomphe du riche comme du pauvre. Personne n'y échappe , la mort place chaque individu sur le même plan d'égalité.

Ce qui compte c'est la préparation que l'homme aura réussit à entreprendre durant son séjour sur terre. L'âme contrairement au corps reste éternelle, en effet le passage dans ce monde n'est pour l'âme l'occasion de s'affiner et de se parfaire. C'est ainsi qu'il faut accepter la maladie, la souffrance , les épreuves comme une occasion de se préparer à la vie future. Et de prendre conscience que la mort n'est pas une fin. Je dirais que la vie et la mort sont intimement liées même si elles sont opposés.

Alors quel paradoxe ? ? et pourtant il y a vie et il y a mort. 

Le roi Salomon dans Koeleth écrit 
" Il y'a un temps pour vivre, il y'a un temps pour mourir..il y'a un temps pour rire il y'a un temps pour pleurer "

Dans le judaïsme nous avons la croyance la résurrection des morts, et en la vie éternelle.
La valeur d'une vie ne se mesure pas à sa durée. Chaque être humain a été mis dans ce monde pour y accomplir une mission en rapport avec son âme. Que quelqu'un vive une heure ou 100 ans il a quelque chose à accomplir.

Celui qui apprécie la vie comme un cadeau de Dieu appréciera chaque jour comme étant une ascension spirituelle.

Dans cette perspective la mort n'est douloureuse que sur le plan affectif, par l'absence physique par le départ de l'être cher vers le grand voyage de l'âme vers sa source.

Commenter cet article