Les farfadets

Publié le par Le monde paranormal

http://yuyo.free.fr/peuple/images/farfadet.jpg

Le 
farfadet ou parfois le fadet ou follet (ou esprit follet) est une petite créature légendaire du folklore français, souvent espiègle.

La vallée de l'
Egray, aux environs de Germond, dans les Deux-Sèvres, était à la fin du XIXe siècle, considérée comme domaine exclusif des farfadets, qui n'aimaient pas être dérangés.

Comme les lutins, avec lesquels on les confond parfois, les farfadets s'occupent volontiers des chevaux, dont ils frisent et emmêlent les crinières, et sont généralement serviables. Il est difficile de les décrire car ils demeurent la plupart du temps invisibles, à moins qu'ils ne prennent des apparences animales.


Brian Froud et Alan Lee les ont pourtant observés :
"Le farfadet est un petit bonhomme ridé, fripé, au teint brunâtre, haut d'un demi-mètre, qui se promène nu ou vêtu de loques brunes. Les farfadets des montagnes n'ont ni doigts ni orteils et ceux des plaines manquent de nez".


Si à l'état sauvage, le farfadet tient se résidence dans quelque taupinière de la forêt, il joue parfois le rôle d'un esprit servant lorsqu'il s'attache à une maison ou à une ferme. Il est très farceur, joue parfois des tours aux humains. Il aime courir dans les prés, les champs de lavande. Parfois le farfadet s’installe près d’une maison et s’occupe de son entretien, ainsi que des animaux, du jardin… On dit également qu’il lui arrive de réparer des outils, des chaussures, des choses cassées. Il veille alors sur les troupeaux et la tenue de la maisonnée, moissonne, bat et fauche le blé, et achève les tâches que n'ont pas eu le temps de terminer les domestiques - non sans avoir puni ces derniers de leur paresse ou de leur négligence en leur assénant une volée de bâton.


Pour tous ces services, le farfadet ne demande qu'un salaire insignifiant :
"En échange de sa peine, le farfadet ne veut rien de plus qu'un bol de crème ou de bon lait avec un gâteau au miel". Qu'on veuille lui donner plus, il se froisse et s'en va, ce qui arrive souvent quand la générosité maladroite du maître de maison lui fait laisser au farfadet des vêtements neufs". Il s'exclame alors : Qu'avons-nous là, Chanvri, Chanvrai ! Plus ne sauterai ici, plus ne marcherai.


Ils vivent dans des galeries qu’ils creusent eux-mêmes. On raconte que les farfadets cachent leurs trésors dans le creux des 
chênes au pied des arcs-en-ciel. Les représentations les plus modernes de farfadets, notamment celles qui fleurissent au moment de la Saint-Patrick, montrent de petits bons hommes habillés tout en vert (ils correspondent alors aux leprechauns du folklore irlandais). Traditionnellement, cependant, le parfait petit farfadet porte une veste rouge aux boutons argentés rutilants, des bas bleus ou marine, d’épais souliers à grosse boucle argentée. 

Publié dans Elémentaux et Fées

Commenter cet article